Les temps modernes

Le pèlerinage de Chartres n’est pas étranger à l’ampleur des travaux qui, aux XIIe et XIIIe siècles, ont permis d’élever la cathédrale actuelle. La générosité des fidèles a contribué à financer la construction. Les embellissements du XVIe siècle, de la tour nord à la clôture du chœur, tiennent aussi à l’afflux des pèlerins. Le pèlerinage connaît ensuite un ralentissement très net. La Révolution y met fin. C’est dans un tout autre esprit que, au Second Empire, les chrétiens reprennent le chemin de Chartres. Le véritable renouveau est étroitement associé à la personne du poète Charles Péguy, qui est à l’initiative de la venue à Chartres des étudiants de Paris. À l’origine, une expérience personnelle dont nous donnons deux témoignages. Tout d’abord, un extrait du court récit en prose qui relate cette expérience. Ensuite des extraits du célèbre poème qui fonde, au XXe siècle, le renouveau de la ferveur vis-à-vis de Notre-Dame de Chartres. En 1912, Péguy n’était entouré que de quelques amis. En 1935, on dénombrait 15 étudiants, 6 000 en 1950. En 1962, ils seront 20.000. Ce pèlerinage des étudiants se perpétue aujourd’hui et s’étend même.

Péguy et le pèlerinage à Chartres le récit en prose

« Mon fils a été malade, une diphtérie en août, en arrivant à la mer. Alors, mon vieux, j’ai senti que c’était grave. Il a fallu que je fasse un vœu… J’ai fait un pèlerinage à Chartres. Je suis beauceron. Chartres est ma cathédrale. J’ai fait 144 kilomètres en trois jours. Ah ! Mon vieux, les croisades, c’était facile. Il est évident que nous autres, nous aurions été les premiers à partir pour Jérusalem et que nous serions morts sur la route. Mourir dans un fossé, ce n’est rien ; vraiment, j’ai senti que ce n’était rien. Nous faisons quelque chose de plus difficile. On voit le clocher de Chartres à 17 kilomètres sur la plaine. De temps en temps, il disparaît derrière une ondulation, une ligne de bois. Dès que je l’ai vu, ç’a été une extase. Je ne sentais plus rien, ni la fatigue, ni mes pieds. Toutes mes impuretés sont tombées d’un coup. J’étais un autre homme… »

Péguy et le pèlerinage à Chartres le récit en vers (extraits)

Étoile de la mer voici la lourde nappe
Et la profonde houle et l’océan des blés
Et la mouvante écume et nos greniers comblés,
Voici votre regard sur cette immense chape
(…)
Ainsi nous naviguons vers votre cathédrale.
De loin en loin surnage un chapelet de meules,
Rondes comme des tours, opulentes et seules
Comme un rang de châteaux sur la barque amirale.
Deux mille ans de labeur ont fait de cette terre
Un réservoir sans fin pour les âges nouveaux.
Mille ans de votre grâce ont fait de ces travaux
Un reposoir sans fin pour l’âme solitaire.
(…)
Un homme de chez nous, de la glèbe féconde
A fait jaillir ici d’un seul enlèvement,
Et d’une seule source et d’un seul portement,
Vers votre assomption la flèche unique au monde.
Tour de David voici votre tour beauceronne.
C’est l’épi le plus dur qui soit jamais monté
Vers un ciel de clémence et de sérénité,
Et le plus beau fleuron dedans votre couronne.
Un homme de chez nous a fait ici jaillir,
Depuis le ras du sol jusqu’au pied de la croix,
Plus haut que tous les saints, plus haut que tous les rois,
La flèche irréprochable et qui ne peut faillir.
(…)
C’est la pierre sans tâche et la pierre sans faute,
La plus haute oraison qu’on ait jamais portée,
La plus droite raison qu’on ait jamais jetée,
Et vers un ciel sans bord la ligne la plus haute.
(…)
Nous ne sentirons pas ni nos faces raidies,
Ni la faim ni la soif ni nos renoncements,
Ni nos raides genoux ni nos raisonnements,
Ni dans nos pantalons nos jambes engourdies.
(…)
Et quand se lèvera le soleil de demain,
Nous nous réveillerons dans une aube lustrale,
A l’ombre des deux bras de votre cathédrale,
Heureux et malheureux et perclus du chemin.