La fonction des vitraux

Devant une telle abondance d’images, une telle complexité, on peut légitimement se poser la question : qui comprenait le message ? Il faut se rappeler que le Moyen Age est tout entier pénétré d’une culture chrétienne, qui aujourd’hui nous échappe : là où il nous faut explications et commentaires, l’homme de ce temps a un accès direct à ces images, qu’il connaît pour les avoir vues ailleurs, qu’il comprend parce qu’il a longuement entendu, lors des liturgies quotidiennes, les textes qui les inspirent. Les images peintes sur la pierre ou sur le verre des églises du Moyen Age n’ont pas tant pour but l’éducation des chrétiens que la louange de Dieu : ces vitraux sont la parole adressée par l’homme au Dieu créateur. Ce sont des images de célébration et de prière.

Avant de délivrer un message, d’ailleurs, les vitraux créent une atmosphère : il s’agit d’évoquer les murs de la Jérusalem céleste, dont l’Apocalypse dit qu’ils sont autant de pierres précieuses. Le scintillement de ces milliers d’éclats lumineux et colorés sur la pierre a pour but d’environner le pèlerin d’une symphonie chromatique digne du monde céleste. La cathédrale est avant tout le lieu de célébration des sacrements. Les images des vitraux ont pour fonction de redoubler cette liturgie en exposant en permanence ces gestes liturgiques et en rappelant, sous forme d’images, les textes lus pendant les offices. La cathédrale conserve un grand nombre de reliques, celle du voile de la Vierge, mais aussi celles de nombreux saints, auxquels étaient consacrés des autels dans diverses chapelles. Les pèlerins venaient prier auprès de ces reliques : les images des vitraux soutiennent cette prière en rappelant les éléments forts de la vie des saints.

vitrail-1